Tag Archives: review

Book: “Persuasion” by Jane Austen

26 Jul

Ah, the wit of Jane Austen is sharp in this novel, and enjoyable as always. 

It is laid out a lot like a theatrical play. Many of the scenes could be played in their own stage. Except perhaps the long walks and the beach strolls. 

This novel is her shortest, I think. However, I was stricken by the over-abundance of the word “and”.

I may return to this post with more to add. I have only finished it now after starting it yesterday, and I may need to let it sink.

2022-07-27 update: “and” appears 2802 times in the span of 227 pages, and 24 chapters (that’s 12.3 per page) (*)


(*) [After starting to underline them in my book, I found it tedious and unreliable, so I found an HTML version of the book, stripped it of non-novel cruft using emacs and then piped a word count to a grep, embracing the nerddom, but then ran a better grep(**) command which Bert supplied and explained, because the simpler one would find hand, grand or wander, but not And,]

 (Wed, 27 Jul 2022 01:11:29 CET)-(koalie@gillie:~:)$grep and /Users/koalie/Library/Mobile\ Documents/com\~apple\~CloudDocs/Downloads/Persuasion\,\ by\ Jane\ Austen.html | wc -l
    2590

(**) (Wed, 27 Jul 2022 07:11:31 CET)-(koalie@gillie:~:)$grep -E -i -o '\band\b' /Users/koalie/Library/Mobile\ Documents/com\~apple\~CloudDocs/Downloads/Persuasion\,\ by\ Jane\ Austen.html | wc -l
    2802

(where -E = enable regexps, -i = case-insensitive, -o = put every occurrence on a separate line, \b = word edge) [Thanks Bert!]

Book: “Mr Murder” by Dean Koontz

19 Jun

It’s the second time I read this book. While it took me 2 days only to read it the first time when I was a student in 1997, it took me over a month in 2022.

The book had left me then with a big impression and for years it was the gold standard for « entertainment I thoroughly enjoyed. » Having read it again, I know it isn’t the gold standard anymore. In the 25 years that passed since then, I discovered Jane Austen :)

One detail I loved about Mr Murder:
The creative fictitious names one of the characters makes up as titles for the science fiction books another character keeps reading. Since the former doesn’t approve of that kind of literature, the titles are very funny.

One thing I hated:
The sheer amount of guns and firing arms owned by the main protagonists, who are otherwise completely traditional and everyday people. So much so that their veneration for them doesn’t ring true. They fit in the plot but there are way too many, particularly as this is obviously not a satire of gun ownership and worship in the USA.

I found it rather well written, but a bit too long while at the same time the end is rushed and superficial.

Lecture : La main (Georges Simenon)

11 Sep
Photo de la couverture montrant une main de femme touchant la chemise ​de sa propriétaire

C’est le premier livre de Georges Simenon que je lis. Ça se lit très facilement car c’est écrit simplement et précisément. Par contre le sujet traité est difficile alors je l’ai lu en trois fois.

J’ai compris que le narrateur sombre dans la folie, assez soudainement et de façon plutôt organique, et presque paisiblement.

L’histoire intimiste se passe près de —et dans— New-York pendant toute une saison entre mi-janvier et mi-mai, et est probablement contemporaine à sa date de parution (donc fin des années 1960). Donald Dodd a 45 ans, il est associé dans un petit cabinet d’avocats de la ville de banlieue bourgeoise qu’il habite, marié à Isabel depuis 17 ans, et ensemble ils ont deux filles de 15 et 12 ans, scolarisées en pension dans une ville voisine et qui viennent passer le week-end toutes les deux semaines dans leur maison avec jardin et piscine.

Du début alors qu’une tempête de neige fait rage, à la fin où le printemps se fait estival et nos protagonistes se succèdent à la piscine, on assiste au basculement lent mais certain de la douce vie du héros, jusque là ponctuée d’habitudes peu ou pas remises en question.

[spoilers] Désormais tout à l’instinct, Donald se retrouve complice de la mort accidentelle de son meilleur ami, réalise qu’il l’avait toujours jalousé et haït, se compromet en pensées charnelles avec la veuve de ce dernier dans un huis clos étrange de plusieurs jours sous les yeux de sa propre femme, et finalement concrétise cet adultère dès que possible chez la séduisante veuve. Il profite alors pendant plusieurs mois de ce nouveau « lui » sans se cacher ni culpabiliser, et toutefois sans intention de nuire, car après tout les deux amants ne sont pas amoureux –un détail qui semble prépondérant aux yeux du mari– qui n’a nulle intention de divorcer. Il est à la fois libre mais sans cesse épié par Isabel et incapable d’interpréter ce regard. Alors on suit Donald dans cet autre rôle, voyant sa maîtresse de plus en plus, l’admirant alors qu’elle fait sa toilette– un nouveau rituel au même titre que d’aller boire deux martinis chacun à l’apéritif– jusqu’à ce que leurs retrouvailles s’espacent progressivement, puis qu’elles cessent tout à fait : la belle va se remarier. Ce qui perdure c’est le regard bleu clair de sa femme, tantôt curieux tantôt bienveillant. Il en a remarqué d’autres : celui de son associé, de sa secrétaire, de son médecin, de tout le monde dans la petite ville, et même de son père. Mais c’est celui de sa femme, qui l’observe depuis dix-sept ans, qui l’agace. Non seulement elle ne dit rien, mais son regard ne révèle rien. Alors qu’il a depuis longtemps cessé de l’aimer, elle continue de l’observer, sans relâche, même la nuit alors qu’il ne trouve pas le sommeil tant il fait chaud, elle le guette. Dans un dénouement soudain il ouvre sa table de nuit, saisit son pistolet, et tire sur Isabel. [/spoilers]

L’œuvre contient peu de dialogues car il s’agit principalement du point de vue et des conjectures de Donald alors qu’il se découvre différent et emprunte un autre chemin de vie sous le regard bleu clair, quasiment constant, et muet, de sa femme, qu’à aucun moment l’on n’entend vraiment. D’ailleurs l’on entend tellement peu les personnages que la plupart du cheminement de Donald n’est pas raisonné. Je me suis surprise à spéculer des manipulations qui ne furent pas avérées, à supposer des antécédents de frustration non révélés, à ne pas comprendre certaines actions, à me demander l’intérêt de présenter des personnages secondaires obliquement tant les rapports sont opaques, par exemple les filles du couple, le père de Donald, ou bien son frère.

Je ne me suis identifiée à aucun des individus. La vie de Donald pendant sa crise existentielle semble aussi insipide que celle lui précédant. Même si j’ai apprécié le style de l’auteur et le genre du roman, j’ai l’impression, comme Donald en quelque sorte, d’avoir raté quelque chose.

%d bloggers like this: