Archive | exercising RSS feed for this section

Comment (et pourquoi) se motiver à adopter l’exercice

24 Apr

Cet article est dédié à Sophie, qui n’en est pas à son premier défi. Loin de là. You got this, sister!


« Vouloir c’est pouvoir. » [Mais oui, bien sûr… Plissement d’yeux et haussement de sourcils = adoption… du doute !]

Ce que je veux dire c’est que la volonté est un moteur puissant. Quand ça ne fait pas tout, il faut s’aider. Tout ce qui suit représente de mon point de vue les ingrédients qui ont fait de moi une adepte de l’exercice.

Je veux faire de l’exercice !

Super ! Non seulement c’est très tendance depuis début 2020 en particulier (merci la pandémie planétaire de Covid-19 –lire l’article du Point décrivant les modifications et la hausse de nos activités sportives) mais c’est également excellent pour la tête et pour le corps. Anima sana in corpore sano (oui, oui, c’est ce que veut dire Asics, la marque de chaussures de sport.)

Une âme saine dans un corps sain

J’adhère complètement. En ce qui me concerne, je dirais plutôt : un corps sain qui permet à l’âme de se tranquilliser, s’épanouir et s’illuminer.

Ce fut pour moi une bonne surprise. L’effet de bord que je n’attendais pas. En effet, je me suis convertie sur le tard, adoptant assez spontanément l’exercice dans le cadre de ma crise de la quarantaine, un peu comme une résolution du nouvel an, mais en mars. En seulement trois semaines j’ai constaté avec effarement ses bienfaits sur mes genoux et mes hanches. Après six semaines, je suis passée de “angoisse, stress, fatigue, insomnies, démotivation et manque d’entrain” à “Je me sens bien, assez souvent. J’ai trouvé un bon équilibre entre sommeil-travail-exercice-être mère. Je dors mieux et beaucoup.”

Sans même exagérer, j’affirme que c’était miraculeux. Pour être claire, à 44 ans je suis passée du jour au lendemain de zéro activité physique toute ma vie d’adulte à la pratique quotidienne du sport. Ça fait plus d’un an et c’est pas près de changer.

Qu’est-ce que ça m’apporte ?

J’ai fait le point de ce que ça m’apporte, et j’ai bon espoir que ça soit probablement applicable à tout un chacun.

  • Harmonie : s’octroyer du temps pour soi pour trouver un équilibre harmonieux entre ce qu’on doit faire et comment s’en récompenser.
  • Bien-être : le corps sécrète des endorphines lors de l’activité physique qui ont un effet analgésique et procurent une sensation de bien-être, voire de joie. Leur fonction est d’inhiber la transmission des signaux de la douleur en bloquant un neurotransmetteur qui, une fois bloqué augmente la production de dopamine, qui est le neurotransmetteur associé au plaisir. Autrement dit, le sport c’est de la drogue dopante et c’est 100% légal. CQFD.
  • Fierté : observer ses propres progrès et s’en réjouir à juste titre.
  • Gratification : véritable accélérateur d’estime de soi, se découvrir capable de franchir ses limites et récolter les bénéfices de les dépasser – se dépasser.
  • Remède : car le sport permet de gainer ses muscles et renforcer ses articulations ce qui est source naturelle de guérison de certaines douleurs de posture, ou liées à des limites de mobilité.
  • Cercle vertueux : la discipline nécessaire à adopter l’exercice s’inscrit de manière organique dans un mode de vie plus sain.
  • Intérêt : il y a non seulement une variété d’exercices physiques qui rend cela intéressant, mais aussi c’est un moyen de changer ses perspectives, faire des rencontres peut-être, observer, découvrir. En d’autres termes : s’enrichir.

Et finalement : une meilleure santé. Un meilleur rendement cardiaque, plus d’endurance, un sommeil meilleur, et éventuellement une perte de poids. Pour cette dernière, attention –il faut un engagement réel et beaucoup, beaucoup de ténacité. Car on gagne du poids largement plus et plus vite qu’on en perd.

À quelle dose ?

Il y a une raison justifiant que sur l’Apple Watch la durée par défaut du cercle “m’entraîner” soit de trente minutes. C’est par la pratique régulière d’activité physique d’au moins 30 minutes par jour, à un rythme soutenu, que le corps fabrique des endorphines. Ce n’est pas un but en soi, certes, mais ça aide à rentrer dans la routine et y rester.

Trente minutes c’est également un temps suffisamment court et suffisamment long pour accroître les chances de faire l’effort de le caser dans sa journée.

L’important c’est de se mettre dans une position de succès. Tout ce qui va faciliter la mise en place et la pratique régulière est bon à prendre. Si trente minutes seront une frein, tabler sur quinze !

Les chances sont grandes que ce temps de base se trouve en hausse rapidement. En ce qui me concerne mon premier mois a vu un temps moyen quotidien de 40 minutes, le suivant de 60 minutes, puis 80, etc. Un an après j’en suis à 110 minutes en moyenne.

Quand puis-je commencer ?

Immédiatement ! Il n’y a pas une seconde à perdre.

Tout ce qu’il faut c’est un coup de pouce

L’instrument de ce succès ? La montre connectée. Bien qu’il m’ait fallu sept mois pour considérer la mienne telle qu’elle est, mieux vaut tard que jamais : mon Apple Watch est un coach, un chronomètre, une télécommande à musique ou livre audio, qui n’attend qu’un coup de pouce (je veux dire le toucher léger d’un doigt, évidemment) pour déclencher l’enregistrement d’activités et se transformer en accompagnateur de développement personnel physique (utiliser l’app Activité sur l’Apple Watch).

L’Apple Watch couplée à l’application Santé disponible dans iOS, c’est tout ce qu’il faut pour s’y mettre.

Dans les paramètres de la montre sur l’iPhone, commencer par cocher TOUTES les options possibles dans “Activité”.

C’est ça qui fait de la montre connectée un coach sportif qui va envoyer une petite impulsion au poignet pour signaler qu’il est temps de se lever et marcher une minute, qu’il va y avoir un challenge exceptionnel, qui félicite d’avoir atteint un objectif, etc.

Elle propose de capitaliser sur les efforts déjà fournis pour leur donner tout leur sens.

Je ne cache pas que parfois c’est pas le bon moment et ça peut être agaçant 😁 et il faut donc bien se rappeler qu’il s’agit d’un programme et que nuire et taquiner ne fait pas partie des intentions de ce programme.

Un type de cadran efficace pour accompagner la démarche

L’Apple Watch présente l’avantage de stocker une quantité de cadrans personnalisés adaptés à toute envie, toute situation.

Parmi les cadrans spécifiques aux activités sportives, j’ai choisi celui-ci car l’heure et la visualisation des cercles et leur quantification numérique sont l’information principale. Autour, j’ai disposé :

  • Indicateur de batterie
  • Rythme cardiaque
  • Raccourci pour démarrer une activité

Il y a plusieurs options déjà disponibles dans la galerie de cadrans et toutes sont personnalisables.

Quel programme ?

La question est en fait quels programmes, au pluriel. Parce que le but est d’assurer sa propre réussite, il faut dès lors se faire plaisir. Et parce que l’on se lasse de certaines choses inévitablement, il faut varier les plaisirs.

Expérimenter d’autres types de sports permet non seulement de s’adonner à celui qui est le sien (on a tous un sport de prédilection –et c’est pas forcément celui qui nous sied le mieux), de s’en approprier d’autres, mais aussi de pérenniser la pratique physique.

Il faut s’appuyer sur ses intérêts et habitudes existants, car : routines facilitées = dispositions optimales. Par exemple :

  • J’aime faire du vélo et je dois aller à la poste ou faire deux courses 👉 j’enregistre mon trajet avec l’Apple Watch car oui, ça compte !
  • J’aime écouter de la musique ou des livres audio, je dois promener molosse et j’aime prendre des photos de la nature 👉 ces ingrédients sont compatibles avec la marche à pied, le jogging.
  • J’aime regarder des séries ou des films et je veux faire du sport 👉 ces ingrédients sont compatibles avec le vélo d’appartement ou elliptique installé devant un iPad ou la télé/l’ordi.
  • J’aime faire une pause détente dans ma journée, ou créer un avant-travail ou passer du travail à autre chose, ou encore me relaxer avant d’aller dormir 👉 ces ingrédients sont propices à une séance de yoga en suivant les mouvements d’une Youtubeuse yogi favorite.

Il s’agit donc de trouver quels arrangements faire aux routines établies pour se donner le plus de chances d’intégrer l’exercice dans sa vie.

Et si pour ça il faut dépenser un peu d’argent, il ne faut pas hésiter. Que ce soit s’équiper de nouvelles chaussures pour démarrer du bon pied (ha-ha), d’un nouveau gilet pensé exactement pour le type d’activité cible pour ne pas pouvoir prétexter afin de ne pas y aller qu’il fait trop frais ou qu’on manque de poches, ou bien qu’il s’agisse de souscrire à un service payant via une app pour se donner encore plus de chances d’y arriver.

Quelles applications peuvent accompagner ?

Les applications iOS existantes, “Activité” et “Santé” font partie de la palette minimale pour savoir où on en est (voir suivre ses tendances dans l’app Activité), observer ses progrès (utiliser l’app Santé), et se fixer des objectifs.

Pour aller plus loin, voici une description de deux applications de suivi sportif, qui sont également des réseaux sociaux (notion d’amis, ajout de photos, partager), que j’utilise :

SportsTracker

SportsTracker est un service totalement gratuit. Il me semble qu’il est édité par Amer Sport, la société mère (adoptive) de Salomon chez qui j’achète religieusement des chaussures de sport depuis le début des années 2000 (à l’origine par goût vestimentaire et désormais par élitisme sportif)

App et service en ligne. On me l’a recommandé récemment alors que je me plaignais du concurrent (voir ci-dessous). J’adore ❤️

Intégration parfaite avec l’Apple Watch (ou autre appareil connecté), ce qui fait que chaque activité s’importe automatiquement et les graphes sont générés à la volée.

L’application fait une utilisation géniale des cartes, avec des masques différents. Elle permet de faire ses itinéraires, d’en découvrir des existants, d’en trouver des populaires par type d’activité et par endroit.

Via l’analyse, on peut retracer toute une activité sur la carte et découvrir pas à pas sa vitesse, son rythme cardiaque, l’altitude.

Quand on ajoute des photos à son activité, l’application permet de choisir parmi les photos prises durant l’activité.

L’analyse par activité comprend également une estimation du temps de repos recommandé.

C’est mon coup de cœur, même si elle n’intègre pas de challenges, ni de suivi de son matériel.

Strava

Strava est le service de prédilection des triathlètes. App et service en ligne. Comme SportsTracker on peut démarrer une activité via l’app ou laisser l’Apple Watch tout enregistrer et ensuite importer l’activité dans l’app, dont il existe une version gratuite.

Malheureusement, fin 2020 une grosse partie des fonctionnalités ont été basculées dans la partie payante. Je suis cliente payante depuis un an et j’aime beaucoup leurs graphes et visualisations. Notamment l’indicateur de fitness cumulé qui se base sur l’indice d’effort relatif (lui-même calculé à partir des mesures du rythme cardiaque et disponible dans chaque activité enregistrée), qui est un concept qui est propre à Strava.

Il me semble que les challenges ne sont pas réservés aux membres. Ils sont un bon moyen de se dépasser, par exemple. Tout challenge accompli (à noter qu’on peut quitter un challenge à tout moment) donne l’obtention d’un trophée qui apparaît dans son profil.

Un autre aspect est spécifique à Strava : l’enregistrement de matériel tel que vélos ou baskets ce qui permet d’avoir une idée de ses préférences d’utilisation, de l’usure, mais aussi de se faire prévenir passée une certain « kilométrage ».

À vos marques !

Alors, on fait ami-ami sur SportsTracker et on se soutient mutuellement dans notre quête de bien-être et d’équilibre ?

Exercising: one-year anniversary

8 Mar

A year ago, my Apple Watch suggested that it wasn’t too late if I wanted to earn the 2020 International Women’s Day challenge: all it took was a 20-minute walk!

How it started

My dog in tow, I went for a walk. I earned my first “activity” badge. And this marked the start of my exercising daily.

International Women’s Day challenge award

The mammoth total!

In the past 365 days, I covered 1,172.78 kilometers (728.7 miles) in logged walks, or runs.

To put this into some perspective:

  • That’s about an eighth or a ninth of what I drive yearly.
  • That’s an average of almost 100 kilometers per month.
  • I will note that about half of it was achieved during the first five months (because that’s when I ran.)

As someone who abhorred even the idea of exercising and had stopped any practice of sport for a couple of decades, I find all of this both impressive and very gratifying.

Graphs

Daily average of exercise in the last year: 70 minutes
Daily average of active energy in the last year: 547kcal
Daily average steps in the last year: 7872
Daily average running and walking distance in the last year: 6,4 km
Activity graphs in the last year: move, exercise, stand

Notes on the graphs, key stats

Except the “stand” graph which so far has been steadily increasing (spoiler: it is about to plateau at 19 times per day, or decrease. I don’t sleep so well but I’m hopeful this can improve), all of the bars of the other graphs are consistent (that’s reassuring!)

March and April last year were the slow but steady start, then in May I really upped my game. In June I probably was like, “chill if you want to sustain this.” But July, golly! July was too much. So much that a huge dip followed and it took me all of August, September and October to recover and make really small progress. I didn’t resume running though. November, December and January 2021 were tough too, with another dip and a general but consistent sluggishness. I was back at it in February. And a week into March suggests it’s going to be a pretty good month.

Notable rounded numbers include:

  • May 2020: walked 110 km
  • Jul 2020: ran 100 km (over 12 hours), covered a total walking + running distance of 175 km
  • Aug 2020: 15 hours of core training and yoga
  • Sep 2020: 42 workouts out of 60 were yoga and core training, for a total of 33 hours
  • Dec 2020: daily yoga practices of 40 minutes
  • Jan 2021: only month in the past year where I didn’t exercise every day (only 25 workouts)
  • Feb 2021: 1:40:00 of average walk time (13 walks, over 21 hours, over 106 km)

How it’s going

My primary motivation (beyond the Apple Watch successful nagging of exactly a year ago) was to lose the extra weight that I had put on due to some medication I took for a month or so, and to get back in shape.

In that regard it has been a complete success. Although it took eight long months to complete the former! I am back in shape: no more knee and hip pains, stronger legs and arms, slower heart rate.

Weight graph over the last year: 62.09 kg

But what keeps me going is this: exercising is now a key part of my life. I swear I never thought I would think that! I still can’t wrap my head around it :) but it’s true. This is the only thing I do for myself. This is the only thing I do that is not working, or caring for my child or relatives (both of which, with a little sleep, a little Netflix, or a little art making or reading, fill the rest of my life.)

2020: midlife

11 Mar

I am going to turn 45 this year and I think I might be at midlife. More and more I feel it.

Memoji worried

I can’t say it’s because of the salt and pepper in my hair because that crept up on me several years ago. It isn’t either the wrinkles on my forehead and round my eyes – those came as I was raising my toddler. No, I am referring to physical signs that started last year :

  • Vision (1): my left eye now scores 10/10 while the right one remains at 12/10.
  • Vision (2): I used to see clearly real close (15 cm) but I now see clearly a little less close (20 cm). I continue to see clear real far.
  • Knee: my right knee aches now and then.
  • Right leg: I now can barely sit cross-legged and can most definitely no longer sit in the lotus position.
  • Periods: I’ve had only 4 inconsistent periods last year and none this year so far. I experience the unpleasant hot flashes almost every evening and at night.
  • Weight gain: unfortunately, another aspect of menopausal transition was weight gain. Far from being chubby, I rapidly gained enough weight (8 kilos or 16 pounds) that I had to put away a few of my favourite pants and skirts that were a strict size 36 (FR) or 4 (US), that the inside of my thighs now nearly touch each other, and that I have “love handles” (and no one to handle them but this is all right.)

There were also some hard realizations: people no longer call me miss, I have celebrated 21 years with my current employer, I can no longer learn as well and as fast as before.

What am I doing about it?

It took me a while to put two and two together, for starters, and to work on a plan.

I have a minimal plan of action to close all of my activity rings as much as possible. My smart watch sees that I do, although I’ve had it seven months so you could say it took me a while to make a plan. Better late than never!

Screenshot of my closed activity rings
Screenshot of my closed activity rings

New Coralie exercises and tonight was the fourth day I jogged. I go with my dog who runs about four times more (and most times ends up splashing in the river along which we run). I run and walk for 20 or 30 minutes. Every evening so far I have run more than the previous day. This is encouraging! I’m keen on making steady progress.

That is all.

October 2020 update

I took this exercising plan very seriously and now it’s part of my daily routine \o/

How did it work?

  • I became addicted rather quickly, thankfully, because otherwise this would not have been a thing at all!
  • The other thing that helped was that I was also very curious and enthusiastic about my rapid and steady progress, therefore I was motivated.
  • And lastly, I set myself up for success: only non-ambitious goals, realistic expectations, and achievable plans. In practice for me it meant it had to be easy enough to do that I would not give up. For example, taking the dog out for a walk or run was good for me too. Or walking to the beach to eat a picnic. Or doing yoga or core training in the comfort of my living room, following a YouTube video series (yoga with Adriene, in my case).

It took me 6 months to lose that extra weight (it was in the vicinity of 10 kilos —20 pounds). some time in September I was able to put my favourite trousers again \o/

But there were other benefits that I discovered early on: more strength in the core, legs and arms, more mobility. Two concrete examples:

  1. When I started running I needed knee braces, especially for the right knee. That knee had been giving me grief for a few years and I didn’t think it could be fixed, but gaining strength did! After less than a month, I could feel the braces were no more useful. Since then, I no longer have knee pains, ever.
  2. My right hip gained mobility after a few months and I was able again to sit in cross-legged position without needing to lift up my leg to ease the pain. I now no longer have hip pain.

Stats

March:
Workouts: 30
Time: 15:06 (average: 00:30)
Kcal: 4579 (average: 152)
Runs: 19
Walk: 10
Fitness: 1

April:
Workouts: 63
Time: 26h59 (average: 00:25)
Kcal: 7622 (average: 120)
Runs: 26
Walk: 18
Fitness: 18

May:
Workouts: 79
Time: 45h21 (average: 00:34)
Kcal: 11797 (average: 149)
Runs: 23
Walk: 31
Fitness: 25

June:
Workouts: 54
Time: 35h15 (average: 00:39)
Kcal: 9200 (average: 170)
Runs: 16
Walk: 14
Fitness: 24

July:
Workouts: 67
Time: 45h12 (average: 00:40)
Kcal: 12451 (average: 185)
Runs: 18
Walk: 14
Fitness: 35

August:
Workouts: 46
Time: 23h02 (average: 00:30)
Kcal: 4764 (average: 103)
Runs: 4
Walk: 7
Fitness: 35

September:
Workouts: 60
Time: 35h14 (average: 00:35)
Kcal: 7312 (average: 121)
Runs: 4
Walk: 13
Fitness: 43

%d bloggers like this: